Machaut/Le Voir Dit/La Louange des Dames/Ensemble le Voir Dit

Guillaurme de Machaut (1300 – 1377)

Le Livre du Voir-Dit
La Louange des Dames
ensemble-le-voir-dit-en-spectacle

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.


Ecoute disponible jusqu’au 30 mai 2010/Ce streaming n’est plus disponible.
L’Ensemble Le Voir Dit
Philippe Leclercq: Direction artistique

Maryseult Wieckzorek : chant
Anna Danilevskaia: vielle à archet
Christophe Deslignes : Orguines et clavicythérium
Philippe Leclercq: flûte à bec et direction
Fabien Joubert : récitant
Vincent Delavenere : jongleur
Miren Lacassagne : traduction du « Remède de Fortune » et poésies lyriques.

Enregistrement réalisé les 24 et 25 novembre 2009 au Conservatoire Régional de Reims

Complainte du « Remède de Fortune »

Cette partie de spectacle met en scène une figure allégorique chère à Guillaume de Machault : Fortune.

voirdit
L’oeuvre de Guillaume de Machaut fait intervenir un ensemble de Dieux et de puissances cosmiques, empruntés aux différentes traditions, biblique et mythologique, mais puisés également dans les oeuvres littéraires médiévales. Ces dieux et ces principes cosmiques constituent le cosmogonie de notre poète : ils expliquent la constitution de l’univers et donnent un sens à la vie des hommes, influençant leur destin.voirdit2

Dieu, Nature, les dieux, telle est la constellation que forment les principes créateurs du monde imaginaire de Guillaume de Machaut. Si Dieu conserve une certaine prééminence, maintes fois affirmée, celle-ci se trouve néanmoins contrariée voire contestée par le jeu de Nature, mais aussi des autres principes, dieux/déesses ou puissances cosmiques, qui gouvernent le monde. Comme Nature, Fortune joue auprès de Dieu un rôle ambigu ; Elle semble constituer un principe autonome mais elle se trouve en fait sous la dépendance de l’autorité divine comme l’était la mort sous sa forme animale. Symbole de l’instabilité des choses, Fortune est toujours multiforme : on peut rattacher ses images à trois types de représentation : personnifiée, elle est la Dame ou la déesse, généralement aveugle, dont l’attribut canonique est la roue ; métamorphosée, elle s’apparente à la force astrale ou à une force élémentaire ; fragmentée, Fortune est parfois ravalée au rang de l’animal, du végétal, voire de l’objet inanimé, son ultime avatar.

Les Artistes:

Maryseult Wieczorek : chant
Pour Maryseult, la première rencontre avec le public de « musique ancienne » se fait dès l’âge de 12 ans au sein de l’ensemble l’Unicorne de Reims, et chantant et jouant alors flûtes à bec, cromornes et chalemie. Depuis 1995, elle interprète des rôles d’époques et de styles différents comme Clarisse dans l’Amour des trois oranges de Prokofiev, Despina dans Cosi fan tutte de Mozart, Micaëla dans Carmen de Bizet, Krimhild dans Die lustigen Nibelungen de O.Strauss… Sa carrière de soliste l’a amenée à se produire dans des contextes prestigieux tels les festivals d’Aix-en-Provence, l’opéra Garnier, la Scala de Milan, la Fenice de Venise, le Barbican Centre à Londres, Sydney Opera House…
Sa discographie au sein des Arts florissants comprend des Madrigaux de Monteverdi et de D’India, les grands motets de Mondonville, les Vêpres à la Vierge de Monteverdi, Les fêtes d’Hébé de Rameau chez Erato. Elle a enregistré furioso ma non troppo avec l’ensemble Amarillis pour le label Ambroisie.
Maryseult aime côtoyer d’autres formes artistiques auprès de Blanca Li, J.Rebotier, Julie Brochen Soucieuse de pratiquer son art dans sa région, Maryseult vient de créer L’orgue des couleurs conte musical pour récitante artiste lyrique et orgue soutenu par Musique et danse en Finistère.

Anna Danilevskaia : vièle à archet
Anna Danilevskaia, née à Saint-Petersbourg, étudie la musique ancienne à Barcelone et Lyon, dans les classes de Pedro Memelsdorff et Pierre Hamon. En tant que flûtiste, elle a gagné le premier prix du concours Jugend musiziert (2002), un premier prix au concours international de flûte à bec à Engelskirchen (2003), le prix du Lyons-Club Heusweiler (2004), et en tant que vièliste le prix pour la musique ancienne de la radio sarroise et l’académie Neumeyer 2008 (avec l’ensemble Metro Marina). En 2009 elle a été sélectionnée avec l’ensemble Procelaris par la Fondazione Cini de Venise et a participé au colloque « Dunstable ». Elle participe a de nombreux concerts a travers l’Europe (Hollande, Belgique, Allemagne, Espagne, Italie…) ainsi qu’a des enregistrements (le dernier, La Marche au Suppliceavec l’ensemble Syntagma, paraitra courant 2010).

Christophe Deslignes (Orguines et clavicythérium)
De formation classique (piano, flûte-à-bec), Christophe Deslignes découvre l’orgue portatif au début de ses études de musique médiévale à la Schola Cantorum de Bâle. S’inspirant, entre autres, du bandonéon d’Astor Piazzolla, il recrée, en autodidacte, les modes de jeux de cet instrument oublié.
En 1998, il rend hommage à Francesco Landini (1325-1397) en réalisant pour le label Ricercar, un disque récital intitulé Les Maîtres de l’organetto florentin au XIVème sièclequi sera désigné disque de l’année 1998 par le quotidien « Le Monde ».
Après avoir participé au succès international de l’ensemble Mala Punica de 1992 à 1998, il se produit en duo dans toute l’Europe, avec le percussionniste Thierry Gomar. Cofondateur du collectif Millenarium, avec lequel il élabore des projets artistiques en petites formations destinés aussi bien au CD qu’au concert, il s’est également produit dans la plupart des grands festivals européens. Fortement impliqué dans le mouvement international de redécouvertes des musiques anciennes, il participe occasionnellement à des projets discographiques et concertistiques ou de réalisation de spectacles avec les ensembles Convivencia, Diabolus in Musica, Amadis, Trob’Art, Syntagma, Jardins de Courtoisie et la Compagnie Orion. Il a rejoint l’ensemble Le Voir Dit au début de l’année 2007.
Son désir de faire partager ses découvertes et sa volonté de transmettre son savoir-faire l’ont amené à enseigner l’organetto, l’orgue médiéval, la flûte à bec, la musique d’ensemble, la danse médiévale, la réalisation de spectacles et l’improvisation au cours de sessions d’apprentissage, à la Fondation Royaumont, en milieu associatif, socio-éducatif, académique et scolaire ainsi qu’ à Saint-Bris-le- Vineux.

Fabien Joubert : Récitant
Après une licence de théâtre à la faculté de Paris 3, il intègre l’école d’acteur de la Comédie de Reims, dirigée par Christian Schiaretti qui l’engagera trois ans plus tard dans la troupe des Comédiens de la Comédie, où il interprétera sous sa direction Corneille, Badiou, Desmarets de Saint Sorlin, Brecht, Garcia-Lorca, Calderon de la Barca, Siméon, von Saaz…
En 1998, Christian Schiaretti lui proposera le rôle d’Ahmed, de Alain Badiou, personnage masqué qu’il interprétera plus de cent fois.
En 2005, il jouera Alceste dans la mise en scène du Misanthrope, de Molière, de François Cancelli.
Puis Otto dans une pièce de Pascal Adam, mise en scène en scène par Marine Mane. Leurs rencontres marquera le début d’une collaboration encore active aujourd’hui.
En 2007, Pascal Adam écrira pour lui et le dirigera dans Ce que j’ai fait quand j’ai compris que j’étais un morceau de machine ne sauvera pas le monde.
Il prépare actuellement Rêve d’automne, de Jon Fosse, dans la mise en scène de Jean-Philippe Vidal, « Faust Variation » dans la mise en scène de David Girondin Moab, et Une puce épargnez la, de Naomi Wallace, dans la mise en scène de Marine Mane.
Parallèlement, il travaille avec Christine Berg, José Renault, Claudia Stavisky, Maxime Bourotte, Jean-Michel Guerin, Catherine Toussaint…

Vincent DE LAVENERE : Jongleur
Vincent de Lavenère est Jongleur acrobate. Diplômé du CNAC, Centre National des Arts du Cirque, en 1992 et médaillé de bronze au Festival Mondial du Cirque de Demain, à Paris en 1993. Vincent de Lavenère enseigne au Centre National des Arts du Cirque de Châlons en Champagne depuis 2000. Il fut également directeur artistique de l’école de cirque de Lescar (64) pendant 10 ans. Il développe en parallèle une relation privilégiée avec les artistes du Laos, enseignant à l’école nationale de cirque de Vientiane entre 1992 et 2006, participant à des missions de recherches ethnomusicologiques de 1997 à 2007 et en réalisant la mise en scène de leur spectacle SaÏ Si Sa en 2005-2006. Pendant dix ans, il tourne dans plusieurs ensembles: tournée internationale avec l’ensemble Clément Janequin de la Péniche Opéra pour Les Comédies Madrigalesques de Mireille Laroche. Invité à rejoindre la tournée de la Compagnie Anomalie pour Le cri du caméléon, chorégraphié par Joseph Nadj ; jongleur au Cirque du Grand Céleste à Paris, saison 1998/1999. Auteur-Interprète Il fonde la Cie Chant de Balles en 2000 au coeur de laquelle il développe un travail de recherche autour de la jonglerie musicale qui sera à l’origine de la création de ses trois spectacles qui tournent actuellement. Il crée alors le spectacle le Chant des Balles (2000) en collaboration avec Eric Bellocq : suite à cette formidable rencontre entre les deux artistes lors de leur participation au spectacle des Comédies Madrigalesques, né ce spectacle où s’entrecroise jonglerie et musique ancienne, improvisation et concept de « jonglerie musicale ». Il est également l’auteur-interprète du spectacle Girouette pour jardin (2002) et de sa dernière création Paï Saï (2006), issu d’une extraordinaire recherche ethnomusicologique au Laos, entre ouvrant son univers de jonglerie musicale l’instant d’une rencontre entre orient et occident où s’entrecroisent traditions musicales et acrobatiques du Laos et traditions musicales béarnaises.

Philippe LECLERCQ : flûtes à bec et direction
Philippe LECLERCQ se passionne dès sa plus tendre enfance pour la flûte à bec. Par la suite, et parallèlement à ses études universitaires, il se perfectionne au C.N.R de Lille dans les classes de flûte à bec (Cl. Desmarets) et de musique de chambre (A. Geoffroy Dechaume) . Il est récompensé d’une médaille d’or de flûte à bec en 1982 et se voit décerner le C.A. la même année.
Afin de compléter ses connaissances dans le domaine de la musique médiévale, il a bénéficié de l’enseignement de M. Huglo, M. Pérès, D. Vellard, M.N. Colette dans le cadre de Fondation Royaumont. Pour la musique baroque : L. Meilink (flûte à bec) ainsi que P. Séchet et R. Claire (traverso).
Passionné par la facture instrumentale, il travaille depuis de nombreuses années à la reconstitution de flûtes à bec médiévales, renaissances ou baroques avec les plus grands facteurs européens : J.Arpin (France), T. Cranmore (Grande-Bretagne), A. Brown (Pays-Bas).
La pédagogie est également un de ses « chevaux de bataille ». Certaines rencontres, comme celle de M. Martenot, seront décisives… Assistant au CNR de Lille, il est à l’origine des classes de flûte à bec de Charleville-Mézières, Château-Thierry et Reims, où il enseigne la flûte à bec au Conservatoire National de Région depuis 1985. Il a été fondateur de L’Association de Musique Ancienne en Champagne-Ardenne et administrateur de l’ensemble Pascal Collasse (plus d’une centaine de concerts de musique baroque en Champagne-Ardenne). Il a participé et participe aux activités de diverses formations : « Vauluisant », « Collegium vocal de Gant » et « Académie Ste Cécile » pour de nombreux concerts, en France comme à l’étranger.
A l’été 2004, il crée à Reims l’ensemble « Le Voir Dit » spécialisé dans la restitution de l’oeuvre musicale et poétique de Guillaume de Machault.
lensemble-le-voir-dit-en-spectacle

Remerciements :
Miren LACASSAGNE, Maître de Conférence en langue et littérature médiévale à l’URCA, pour ses traductions ainsi que pour son aide précieuse quant à la prononciation des textes originaux de notre poète champenois.
Vincent DUBOIS et Yves WEEGER, respectivement Directeur et Directeur Adjoint du Conservatoire à rayonnement Régional de la ville de Reims.
Serge GAYMARD, Directeur du Grand Théâtre de Reims, pour son écoute et son soutien depuis le début de notre aventure « machaldienne ».
L’Ensemble « le Voir Dit » est subventionné par la DRAC Champagne-Ardenne, le Conseil Régional de Champagne-Ardenne, le Conseil Général de la Marne et la ville de Reims. Il est conventionné, pour ce spectacle avec le Grand Théâtre de Reims, L’ADAC, Le CRIMEL et le SUAC.

Le texte de présentation de cette page est issu du Programme de Salle des concerts des 24 et 25 novembre 2009. Pour aller plus loin cette note de salle est disponible ici Textes et Photos: © D.R./L’Ensemble le Voir Dit/Grand Théâtre de Reims/2009.grand-theatre-reims

L’Ensemble le Voir-Dit est en concert le Dimanche 02 Mai à 11h au Palais du Thau

Une réflexion sur “ Machaut/Le Voir Dit/La Louange des Dames/Ensemble le Voir Dit ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

E-label