Le Jardin des Délices par l’Ensemble Le Vertigo

Cet album est disponible en intégralité à la vente sur la Boutique. Nous proposons toute fois ici quelques extraits de cet album.

Acheter l’album

Marin Marais ((1656 – 1728) -)
suite en sol mineur
8 Menuets

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Élisabeth Jacquet de la Guerre (((1665 – 1729)) -)
Cantate Adam
21 Air « Cache toy…

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Robert de Visée ((((vers 1655 – après 1732))) -)
suite en ré mineur
31 Chaconne…

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Ensemble LE VERTIGO:
Eugénie LEFEBVRE : soprano
Alice JULIEN-LAFERRIÈRE, Diana LEE : violons
Céline COZIEN : flûtes à bec
Aurélien DELAGE : flûte traversière
Mathilde VIALLE : viole de gambe
Thibaut ROUSSEL : théorbe et guitare
Jean-Miguel ARISTIZABAL : clavecin

Un livret avec illustration est fourni lors de l’achat du disque dans sa version physique et numérique (uniquement sur notre site) ; vous pouvez toute fois retrouvez ici l’intégralité de la biographie des artistes et du texte de présentation :

Notre souhait dans ce disque est de se laisser
emporter par un vent de liberté sans pour autant trahir
musique et compositeurs : utiliser le cadre formel
de la suite française pour construire à notre guise, se permettre d’insérer des “respirations
instrumentales” au sein d’une cantate française, varier
l’instrumentation selon notre plaisir et nos envies.
Des musiciens se retrouvant dans un salon au XVIIe
siècle auraient-ils agi autrement ?
En 1679, Marin Marais est engagé comme “joueur de viole” à la chambre du Roy ; il y côtoiera d’autres musiciens tels François Couperin, Henry d’Anglebert, Jean-Ferry Rebel, Michel Blavet ou Robert de Visée. C’est donc pour ce cadre-là qu’il compose en 1692 ses Pièces en trio pour les Flutes, Violons et Dessus de Viole.
La suite française est régie par des “codes” de construction : on introduit la tonalité par un prélude, puis se succèdent des danses avec 2 couples importants que sont l’allemande / courante et la sarabande / gigue, et pour conclure une pièce plus conséquente.
Marin Marais va casser ce cadre ; les “Pièces” sont regroupées par tonalité, de la même manière que les pièces de clavecin de Louis Couperin dans le Manuscrit Bauyn : ce qui laisse une immense liberté
à l’interprète dans la construction d’une suite.
C’est la démarche que nous avons suivie. Nous nous servons, comme matériau, de pièces pour
la viole de gambe extraites du premier livre (édition de 1689 avec les parties de basse continue) et
intégrons les danses “manquantes” à l’élaboration d’une suite complète tel le couple allemande /
courante (totalement absent des “Pièces en trio”).
L’intérêt est de recréer une suite telle qu’elle aurait pu être jouée à l’époque de Marais.
Comme l’indique le titre des Pièces, l’instrumentation peut être variée : à l’époque, la coutume dans les trios d’orchestre en France était d’utiliser les instruments par paire (2 flûtes, 2 violons….).
Nous nous conformons à cette pratique pour la Fantaisie, la Sarabande, les Menuets (en alternance), et la Plainte. Le continuo est réparti de manière variée suivant le caractère des pièces entre le clavecin, la viole, le théorbe et la guitare.
Pour ce qui est du “premier” Prélude, nous le traitons à la manière d’une ouverture à la française, en
tutti ; même chose pour la grande Passacaille, la pièce plus développée et la plus conséquente de ces Pièces en trio, jouée en alternance de tutti et de soli par paire d’instruments à la manière de la musique de danse de cette époque.
Dans l’avertissement à la fin de son “Troisième livre de cantates françaises”, Elisabeth Jacquet de la Guerre mentionne :
“Comme les Cantates que je presente au Public sont un peu longues, J’ay cru devoir me borner à trois. Je les ai accompagné de Symphonies convenables aux sujets, et j’espere que la maniere dont on les trouvera
diversifiées les empêchera d’ennuïer. On m’a flattée jusqu’ici que ma Musique repondoit assés bien aux
Paroles sur lesquelles j’ai travaillé. C’est aussi ce que je me propose toûjours, persuadée que des Chants qui n’expriment point ce qu’on chante, quelque travaillés qu’ils soient d’ailleurs, ne peuvent que déplaire aux vrais connoisseurs, c’est à dire à ceux dont le goût s’accorde avec le bon sens. Tous les Airs de ces Cantates peuvent être détachés, et on peut les chanter sans symphonie […]”
Ayant décidé de ne pas céder à la peur “d’ennuïer”, et prenant donc cet avertissement, d’une certaine manière, à contre-pied, nous avons adjoint des “symphonies” à la cantate à voix seule, “Adam” (deuxième livre de cantates françaises, 1711).
Claveciniste surdouée (elle joua le clavecin devant Louis XIV à l’âge de 5 ans à peine), Elisabeth Jacquet de la Guerre était aussi une improvisatrice de génie : il était évident pour nous d’ouvrir la cantate par un
prélude non-mesuré extrait de son livre de pièces pour le clavecin de 1687. Puis ce sont des extraits des “Sonates pour le violon et le clavecin” (1707) qui vont nous servir de transitions et commentaires instrumentaux.
Robert de Visée, en 1716, nous propose des “Pièces de théorbe et de luth mises en Partitions, Dessus et Basse”. Le travail de construction de la suite est assez simple : nous prenons une suite (celle en ré mineur) extraite de ce recueil de 1716 et lui adjoignons un prélude pour théorbe (pratique usuelle dans le cadre de la suite que de préluder dans la tonalité de celle-ci). Pour le reste, nous nous concentrons sur la forme “trio” de ces pièces, à l’exception des courantes pour lesquelles nous créons une alternance
trio / guitare seule (de Visée lui-même proposait, sous forme de note dans un de ses manuscrits, l’emploi de la guitare pour ses pièces de théorbe mais transposées dans une autre tonalité). La Chaconne propose dans certains couplets un dédoublement de la partie de dessus : nous l’avons alors instrumentée avec plusieurs dessus permettant cette séparation des voix (ce qui nous permet de la mettre en regard avec les
instrumentations du Trio de Marais). Nous traitons la Mascarade comme un clin d’oeil final à la
musique de ballet à l’époque : en tutti.

L’Ensemble Le Vertigo
De l’intimisme de la littérature jusqu’au brillant répertoire des cantates
Fondé par Jean-Miguel ARISTIZABAL, Céline COZIEN et Mathilde VIALLE en 2006,
l’ensemble de musique ancienne Le Vertigo se consacre essentiellement au répertoire de la musique de chambre française des XVIIe et XVIIIe siècles.
C’est un ensemble à géométrie variable jouant sur instruments anciens : viole de gambe, théorbe, clavecin, violon baroque, flûte à bec.

Eugénie Lefebvre Soprano – direction artistique
Eugénie commence ses études de musique au sein du CRR de Lille en piano, puis
en chant auprès de Françoise Semellaz. En 2007, elle intègre le Centre de Musique Baroque de Versailles.
Elle se perfectionne auprès de Susan Waters à la Guildhall School of Music and Drama de Londres durant un an et intègre en 2010 la classe de musique ancienne d’Howard Crook au CRR de Paris.
Elle est Phani dans Les Indes Galantes de Rameau (Michel Laplénie), l’Imagination et Hersilie dans Le Pouvoir de l’Amour de Pancrace Royer (Patrick Bismuth). Elle interprète le rôle d’Hymen dans Cadmus et Hermione de Jean-Baptiste Lully avec le Poème Harmonique (Vincent Dumestre )
à l’Opéra Comique.
Elle se produit sous la direction d’Emmanuelle Haïm (Hippolyte et Aricie de Rameau, Médée de Charpentier), de Pierre Cao (Magnificat de J-S Bach, Dixit Dominus de Haendel), de Olivier Schneebeli (Grands Motets de Pierre Robert, Les Amants Magnifiques de Lully), mais aussi de Vincent Dumestre (Jephté de Carissimi, Reniement de St-Pierre de Charpentier), Peter Shreier (Passion selon St-Jean de� J-S Bach), ou Jean-Claude Malgoire (Don Giovanni de Mozart, Orfeo ed Euridice de Gluck, Il ritorno d’Ulisse in Patria de Monteverdi).

Alice Julien-Laferrière Violon – direction artistique
Le parcours d’Alice lui fait étudier aussi bien le piano que le violon, les Lettres Modernes et le théâtre. Elle réunit maintenant ces disciplines dans les projets de l’Ensemble Artifices, créé en 2012 suite à ses études en violon baroque au CNSMD de Lyon. Alice se consacre également au Duo Coloquintes qu’elle a fondé avec la violiste Mathilde Vialle, et dont le premier disque, Froberger en tête à tête, est paru en 2016.
Régulièrement appelée à jouer en soliste et dans divers ensembles aux horizons variés, Alice fait plus spécifiquement partie de l’Ensemble Correspondances, des Surprises, et du Concert Brisé.

Diana Lee Violon
Se consacrant à la pratique du violon d’époque, Diana se spécialise dans le répertoire de la période baroque jusqu’à la naissance du romantisme. Titulaire d’une bourse Fulbright, elle s’est perfectionnée au Conservatoire de La Haye auprès d’Enrico Gatti après avoir été diplômée d’un Bachelor of Music et un Master of Music à Bloomington (Indiana University) aux Etats-Unis, où elle a été élève de Stanley Ritchie, Ik-Hwan Bae, et Mauricio Fuks.
En 2008, elle est nommée professeur de violon baroque au Conservatoire de Bayonne et ce jusqu’en 2013.
Elle se produit régulièrement avec de nombreux ensembles tel que Les Ambassadeurs, The English Concert, Orchestra of the Age of Enlightenment, Amarillis, Millenium Orchestra, l’Ensemble Baroque Atlantique, L’Ensemble Consonance, Les Paladins, Les Passions, Collegium Musicum Den Haag….

Céline Cozien Flûte à bec
Céline commence ses études musicales au Conservatoire de Brest avant de se perfectionner auprès de grands noms de la flûte à bec : Hugo Reyne
à Bordeaux, Claire Michon à Poitiers, Denis Raisin-Dadre à Tours et Sébastien Marq
à Paris.
Parallèlement, elle suit des études universitaires à Bordeaux (Maîtrise de Musicologie) puis au Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance à Tours.
Elle se produit en concert avec différents ensembles : Orchestre Paul Kuentz, Arcante, le Festin d’Alexandre, la Camerata Vocale, Sagittarius…
Ne se limitant pas à la flûte à bec, elle se consacre aussi à la cornemuse et aux musiques traditionnelles au sein du Bagad Ker Vourdel (Bordeaux), des groupes de musiques du monde et celtiques Wig a Wag (Tours) et Triskell (Bretagne).
Titulaire du Diplôme d’Etat
de musique ancienne, elle est actuellement professeur de flûte à bec au CRR de Bordeaux.

Aurélien Delage Flûte traversière:
Aurélien Delage est claveciniste, organiste et flûtiste. Cette polyvalence lui permet d’évoluer au sein de nombreux ensembles tout en menant une activité régulière de soliste (Philharmonie de Paris, Miami Bach Society, festival de Saintes, Bozar Music à Bruxelles, festival Oudemuziek d’Utrecht).
Sa discographie, saluée par la critique (Choix France Musique, Early Music Review, Diapason d’or), se compose essentiellement d’enregistrements explorant le répertoire du clavecin français des XVIIe et XVIIIe siècles.
Au CRR de Bordeaux, Aurélien Delage enseigne le clavecin et la flûte traversière baroque.

Mathilde Vialle Viole de gambe
Mathilde débute la viole de gambe au CNR de Bordeaux dans la classe de Paul Rousseau. Après avoir
travaillé pendant deux ans auprès de Matthieu Lusson au CNR de Poitiers où elle a obtenu son DEM, elle
intègre le CNSM de Lyon dans la classe de Marianne Muller. Elle poursuit ses études auprès de Philippe
Pierlot et Mieneke Van der Velden au Koninklijk Conservatorium à La Haye, où elle obtient un Master
avec distinction. Lors de ses études, elle bénéficie également des conseils de Wieland Kuijken.
Lauréate de plusieurs concours internationaux, elle est membre fondateur de l’ensemble Le Vertigo, elle se produit au sein de diverses formations telles que le Ricercar Consort (Philippe Pierlot), l’ensemble Correspondances (Sébastien Daucé), Le Poème Harmonique (Vincent Dumestre), La Main Harmonique (Frédéric Bétous), Les Inventions (Patrick Ayrton), Capriola di Gioia (Bart Naessens), La Risonanza (Fabio Bonizzoni), Amsterdam Baroque Orchestra (Ton Koopman), ou encore l’ensemble Les Timbres et l’ensemble Artifices (Alice Julien-Laferrière).
Elle travaille régulièrement avec la violoniste Alice Julien-Laferrière (Duo Coloquintes) , avec laquelle elle se produit dans l’originale formation du duo violon/viole de gambe. Un premier CD du Duo Coloquintes est sorti en mai 2016, autour de transcriptions de pièces de clavier de J.J.Froberger, pour le label Le Petit Festival. Ce disque a reçu la distinction 5 de Diapason en mars 2017.

Thibaut Roussel Théorbe
Après des études de guitare classique et de son, Thibaut se spécialise dans l’interprétation de la musique ancienne avec l’étude du théorbe, de la guitare baroque ainsi que du luth au CRR de Versailles dans la classe de Benjamin Perrot et obtient en 2010, un DEM à l’unanimité avec félicitations, suivi d’une Licence Musique Ancienne et Monde contemporaine délivrée par l’Université de Versailles-Saint-Quentin.
Il se produit en soliste et continuiste dans des ensembles de musique ancienne tels que l’Ensemble Pygmalion (Raphaël Pichon), l’Ensemble Correspondances, (Sébastien Daucé), Le Centre de Musique Baroque de Versailles (Olivier Schneebeli), Stradivaria (Daniel Cuiller), l’ensemble La Rêveuse (Benjamin Perrot et Florence Bolton), Les Musiciens de Saint-Julien (François Lazarevitch), le Théâtre de l’Incrédule (Benjamin Lazar), l’ensemble Le Vertigo (Jean-Miguel Aristizabal)…
Particulièrement intéressé par la musique contemporaine et son interprétation sur instruments anciens, il créé des pièces spécialement écrites pour le théorbe notamment au sein de récitals au festival Radio-France de Montpellier.

Jean-Miguel Aristizabal Clavecin,
Jean-Miguel étudie le clavecin et la basse continue au Conservatoire National de Région de Bordeaux dans la classe de Martine Chappuis puis se perfectionne à Paris, auprès d’Olivier Baumont à l’Ecole Normale de Musique, et Noëlle Spieth au CNR de Paris. Il suit en parallèle les cours de basse continue de Frédéric Michel et ceux d’improvisation de Freddy Eichelberger au CNR de Boulogne-Billancourt.
Accompagnateur des classes de musique ancienne du CNR de Bordeaux durant de nombreuses années, il y crée la classe de basse continue, son Diplôme d’État de musique ancienne obtenu.
Actuellement, il est accompagnateur de la classe d’interprétation de chant baroque de Noémi Rime au CRR de Tours, après avoir enseigné
6 ans au CRD de Pau puis à Meaux.
Membre fondateur et claveciniste de l’ensemble Le Vertigo, il joue fréquemment avec d’autres ensembles (Doulce Mémoire, Sagittarius, Philidor, Le Concert d’Astrée, Consonance…) se produisant ainsi dans de nombreux festivals en France et à l’étranger.

REMERCIEMENTS
Cet enregistrement a eu lieu lors d’une résidence au Château de Bourdeilles : nos remerciements
vont au Conseil départemental de la Dordogne, propriétaire des lieux, et à son Président d’alors,
Monsieur le Sénateur Cazeau, ainsi qu’à La Sémitour, gestionnaire du Château et à l’agence Culturelle Dordogne-Périgord.
Nous tenons aussi à remercier le Maire de Bourdeilles, Monsieur Olivier Chabreyrou et les services de la Mairie de Bourdeilles. Un immense merci à Jérome Mathet (responsable du Château), à Jean-Luc Delord et Catherine Puisarnaud , à la Direction de la Culture.
L’enregistrement n’aurait pu avoir lieu sans le soutien financier du Département de la Dordogne, de la Mairie de Tocane Saint Apre, notre lieu de résidence habituel, du Crédit Agricole de la Dordogne et de l’Association Les Festes d’Euterpe qui nous soutient depuis la création de l’ensemble.
Quant au disque, il n’aurait pu voir le jour sans l’aide de tous nos mécènes, membres de l’Association : que Patrice Borghetti , Monique et Serge Boucheron, Catherine et Dominique Boulongne, Marie-Claude Bourdoncle, Christine Chambon, Laurence Coudert, Véronique et Dominique Drilleau, Alain et Inge Durel, Monique et Philippe Lacombe, Monique et Dominique Léger, Marie Ménéchal, Christine Merle, Philippe et Marie-Laure Pommarède, Annick Simonet soient ici remerciés pour leur soutien indéfectible .
Un grand merci également aux soutiens de notre projet de mécénat participatif, nos « ululeurs » :
Françoise Aristizabal, Monique Boucheron, Christine Chambon, Pierre Cottreau, Philippe et Monique
Lacombe, Pascale Mannant, Christine Merle, Jean-François Var, Francis Voise et tous les autres…… et aux nombreux souscripteurs qui nous ont fait confiance.
“Cet album est dédié à Yves“

Enregistrement réalisé dans la salle haute du Château de Bourdeilles, en avril 2014.
Direction artistique : Freddy EICHELBERGER| Ingénieur du son : Hugues DESCHAUX).
Crédits photos : D.R./ Ensemble Le Vertigo/2017
Cet album a été réalisé avec le partenariat et soutien des institutions et/ou mécènes suivants :

E-label